Les différents aspects de l’IEF

Socialisation : Celle-ci s’est faite un peu comme souvent dans le milieu IEF tranquillement avec des enfants étant écoutés donc assez à l’écoute ! Malgré tout l’adolescence semble un peu me donner tort avec mon ainée (seulement 13 ans) qui en côtoyant cette année que des scos s’est mise à avoir des rêves de grandeurs sur sa propre vie :-) Du coup beaucoup de remises en question et là où nous vivons la mondialisation a fait des ravages en terme de surconsommation. Du coup nos grands principes sont mis un peu au rebut. Cela dit ils restent tous les 3 assez sociables et ouverts.

Aspect financier : Aucun souci de ce côté donc des facilités pour les livres et sorties bien que mon mari étant peu dispo nous ne profitions pas beaucoup de cette « manne » pour voyager !

Organisation quotidienne : Jusqu’à présent nous faisions un peu au gout de chacun en fonction de leurs envies mais j’essaie un peu plus d’instaurer du rythme car je m’aperçois que c’est plus facile pour le dernier et que l’ainée veut suivre le modèle des copains-copines qui pensent qu’à la maison on n’apprend rien ( ah les inconscients !)

Pourquoi l’IEF : Une évidence. Je me disais que si je pouvais je ne les scolariserai pas sans savoir que c’était possible. Un jour j’ai été invitée par une maman IEF à une réunion de parents/enfants et là j’ai ADORÉ : des enfants ouverts, curieux, s’occupant des petits sans heurts, sans méchanceté. Bref, les miens n’ont jamais intégré l’école.

Rescolarisation : Toujours mon ainée qui en parle car elle veut des notes (toujours comme les copines) mais étant en expat pas très pratique de tout chambouler pour des raisons qui ne me semblent pas très raisonnables. Maintenant tout dépendra du cursus qu’ils veulent suivre : à débattre.

Les contrôles : Jamais vécus …. ouf car le dernier pffffff !!!   

Les doutes, les inquiétudes : Toujours… pas être assez à l’écoute, pas transmettre les bons messages, faire trop scolaire car seule tout le temps et pas trop de retours d’ autres parents (à part sur les forum mais ce n’est pas pareil qu’en vrai), pas leur donner assez de volonté pour la suite, ne pas les faire avancer comme nous le souhaiterions, pour leur bien et leurs épanouissement.

Anonyme

****

– Socialisation :  Cet aspect ne m’a jamais fait peur car je voyais mes enfants comme des êtres sociables, c’est plutôt la peur qu’ils rentrent dans un moule trop grand ou trop petit qui m’a questionnée. Le côté imitation du petit enfant qui rentre à l’école. Mes enfants sont tout à fait sociables, sociales et communiquent facilement avec toutes les personnes avec qui ils peuvent parler car il ne faut pas se leurrer c’est plutôt la perception, et la place des enfants donnés  par les adultes qui met plutôt une barrière, et non le contraire. Les enfants a l’école sont rangés par classe d’ailleurs ils se jaugent sur leur âge, et fonctionnent avec un mini réseau d’enfant.

Aspect financier : Je suis assistante maternelle. J’ai commencé l’IEF alors que je travaillai déjà. Je suis actuellement au chômage. Mon mari travaille à plein temps, l’IEF pour nous a un coût mais je pense que j’aurai dépensé autant s’ils avaient été scolarisés. Les sorties non sco ont un coût mais j’en organise moi-même et tout à un coût. Je dois même faire des économies sur les vêtements et chaussures car qui dit école dit vêtements perdus, déchirés…

Organisation quotidienne : Nous disposons d’une salle pour l’IEF et autres activités dans laquelle nous nous rendons le matin pour des activités formelles en Français et math on travaille sur le mode de l’échange. L’après-midi nous privilégeons les sorties et les activités manuelles, nous prenons un jour sur deux une heure pour du travail personnalisé en tête à tête avec mon grand de 8 ans. Et sur une base de 4 jours. Nous ne respectons pas les vacances scolaires. On se respecte nous si un jour on n’a pas envie ou qu’il y a mieux à faire nous faisons.

Pourquoi l’IEF : Je vais dire :  » et pourquoi pas ! » L’école est une prise en charge de l’instruction de nos enfants par l’état c’est une façon (qui ne nous convient pas) d’apprendre, de garder nos enfants. Je n’aimais pas ce que mes enfants ramener de l’école, j’essayais au mieux d’en faire des personnes ayant un libre arbitre, respectueuses, … et je les confiais à des adultes qui eux n’étaient pas bienveillants. Dans un groupe qui les négligeait, qui ne les respectait par en tant que personne. L’école se cachait sous le nombre d’élèves. C’est comme si j’acceptais tous les jours qu’ils soient détruits et qu’ils n’aient pas confiance en eux .

Du point de vue scolaire, je ne trouve pas normal qu’on fasse du tir groupé, du nivellement, qu’on ne prenne pas en compte les individualités. Pour le CP de mon fils on nous présentait une maitresse criarde et dépressive qui ne voyait que les effectifs et n’avait pas une vision de l’enfant qui soit respectueuse. Je ne me voyais pas laisser mon petit de 5ans 3 /4 pleins de curiosité de fraicheur, de vie tout simplement, muselé par l’école.

Je trouve que l’école ne se donne pas les moyens pour que les enfants y arrivent. Les méthodes de lecture, de calcul tout est complexifié pour être compris par trop peu de personnes. Les rythmes scolaires sont trop denses pour passer toute la journée dans une salle avec 30 autres enfants sans autre forme d’apprentissage. L’école à mon sens coupe les enfants de la société. C’est un Cosme  sans lien ave la vraie vie, les codes et les valeurs sont différents. Dans une école il faut accepter des choses que nous n’accepterions pas en dehors de ce cadre.

L’IEF nous convient donc on le fait voila pourquoi l’IEF.

Rescolarisation : Je n’y pense pas vraiment, j’instruis mes enfants en me disant que s’il faut pour une quelconque raison les scolariser il faut qu’ils soient prêts. Donc on fonctionne en math et français avec des manuels scolaires. Dans l’idéal, si mes enfants veulent rentrer au lycée ça nous ira. Mon expérience personnelle du collège fait que si mes enfants ne souhaitent pas y aller je préférerais.

Les contrôles : Nous avons vécu trois contrôles et nous n’avons pas à nous plaindre nous avons toujours été respectés dans nos choix. Nous essayons de faire comprendre que nous sommes ouverts à leurs conseils, leurs recommandations de supports. Mais nous ne sommes pas là pour être intimidés ou pour remettre en cause notre mode de vie. Notre dernier contrôle est pour nous idéal car l’inspecteur est venu seul cela facilite la communication, très ouvert lui aussi papa donc il était tout à fait conscient de ce qu’est capable un enfant de 8 ans. Quand j’ai parlé de mon fils il a su écouter qui il est, comment il fonctionne… et s’adapter. Il a regardé nos supports et proposé un exercice sur tablette. Celui ci à été très bien vécu et je trouve cela important car cela nous a permis de prendre confiance en notre façon de fonctionner et que nos enfants voient que l’inspecteur reconnaît leur progression.

– Les doutes, les inquiétudes, … Non  pas d’inquiétude, de l’enthousiasme j’apprends autant qu’eux. Mes enfants me font grandir.